F | E | D
07.09-10.09.2013
Organisation et sponsors
Inscription


Evaluations Silvaplana 04

Un autre regard
Vol aux Vents des Grisons

Photos

Un peu de sucre au fond du ski…

Stage de Sport et Diabète dans le Jura suisse

«Vous souhaitez faire un contrôle ?»

Etonnante cette question, posée par Mucho, le moniteur, à un groupe de skieurs de fond, un lundi après-midi dans les Franches-Montagnes, aux Emibois. Le soleil de février parvient à réchauffer l’air ambiant, la neige, fraîchement tombée est excellente. Les 17 skieurs s’arrêtent. Certains sortent de dessous leur anorak l’appareil électronique qui pique leur doigt et analyse la goutte de sang qui en sort. Au vu du résultat affiché par l’appareil, qui de sortir du sucre, qui une barre de céréales ou une banane. Car ces skieurs sont diabétiques et suivent le stage «Sport et Diabète» organisé comme chaque hiver par le Docteur Jean-Jacques Grimm. Toute la semaine, du 10 au 14 février, le groupe, un peu hétéroclite puisque les âges vont de 14 à 62 ans, apprend à confronter les traitements quotidiens du diabète insulino-dépendant avec leur corps, mis en mouvement par le sport, le tout dans le cadre magnifique du Jura suisse.

Le sport

Monique file d’un parfait pas de patineur, alors que Fleur s’efforce de suivre le rythme. Marie avance régulièrement d’un beau pas classique, suivi de Peter et de Heinz. Claudine, François et Annelise écoutent attentivement les conseils des moniteurs et progressent de jour en jours. Pietro et Dominique préfèrent suivre Geneviève Grimm, l’épouse du diabétologue qui les emmène découvrir la nature en raquettes. Mais tout le monde se retrouve pour les repas dans la colonie des Emibois qui les héberge. Là, André et Willy, deux retraités gourmets à la gentillesse et au sourire grand-paternel, réussissent à cuisiner délicieux et diététique.


Le diabète

Matin et soir, un point est fait sur les glycémies de chacun et sur les doses d’insuline décidées pour la journée ou la nuit. Le staff médical (le docteur est assisté de Laurence, une infirmière compétente et d’une diététicienne) répond à toutes les questions des stagiaires. Le sport complique les choses par rapport à la routine quotidienne où seuls un traitement et un suivi réguliers permettent de vivre avec un bon équilibre. Afin de permettre une assimilation concrète des principes à appliquer par les participants, le programme sportif est progressif avec une intensité augmentant au fil des jours pour se terminer par une longue balade de plus de 25 kilomètres, à un rythme soutenu. Le soutien des sponsors extérieurs se constate par les jus de fruits, barres de céréales, café et chocolats abondamment présents sur les tables ou par la visite de représentants de nouveaux matériels de suivi diabétologique. A la fin du stage, chacun comprend mieux sa maladie. Nadège, diabétique depuis peu, s’estime plus armée et plus forte face au regard des autres. François appréhende plus sereinement ses hypoglycémies. La connivence entre tout le groupe est presque palpable. Les stagiaires forment des vœux pour se retrouver au «camp» organisé l’été prochain en Engadine.

Claude L.

Un peu de sucre auf fond du ski...

Vol aux Vents des Grisons


































Haut