F | E | D
Une pomme
No dieting
Que mange-t-on en Suisse ?
Pizza !
Une nouvelle pyramide CH
Grand-mère
Papaye et diabète
Pain et diabète
Pommes de terre
Recette estivlae
Bombes sucrées
Super Size Me
Baguette réhabilitée
Index Glycémique
Pyramide alimentaire USA
Sel

Du régime Dukan au «no dieting», les gourous sont-ils partout?

Avec la publication de «Mensonges, régimes Dukan et balivernes», la lutte de pouvoir entre gourous de l’ amaigrissement connaît un nouvel épisode.

Dans notre société sédentaire où l’obésité et ses conséquences, notamment le diabète, prend des dimensions d’épidémie, rien d’étonnant à ce que des moyens d’y remédier soient recherchés. Si, depuis peu, des démarches de santé publique s’attaquent à ce problème, on culpabilise toujours le pauvre quidam en surpoids.

«Vous êtes gros! C’est que vous mangez trop. Optez donc pour le régime X, Y ou Z et vous allez retrouver le poids idéal.» Ce discours et ses multiples déclinaisons remplissent les pages des magazines et les ouvrages minceur les rayons des librairies. Telle la mode vestimentaire, les régimes à succès populaire se succèdent. Ainsi, la dernière méthode anti kilos à connaître la célébrité est le régime Dukan.

Or, ses jours de gloire pourraient être comptés avec la parution de l’ouvrage de deux médecins français, Gérard Apfeldorfer et Jean-Philippe Zermati. Le premier est psychiatre, le second médecin nutritionniste et spécialiste du comportement alimentaire. L’un et l’autre ont déjà publié plusieurs best-sellers sur le comment maigrir.

Les salves portées contre leur confrère Pierre Dukan, à la tête d’un véritable empire commercial grâce à ses livres et des produits dérivés, vont-elles lui porter le coup de grâce? Premier constat: victimes d’une aggravation de leur problème, les patients post-Dukan consulteraient aujourd’hui leur médecin. Le régime hyperprotéiné, très déséquilibré, produit de dangereuses victoires à la Pyrrhus.

Accusé en France par le Conseil de l’ordre des médecins de faire sa promotion personnelles et d’exercer la médecine comme un commerce, Dukan a demandé, en avril dernier, sa radiation pour «organiser sa défense». C’est donc sur une ambulance que tirent les auteurs de «Mensonges, régime Dukan et balivernes», (Odile Jacob). Leurs arguments n’en méritent pas moins un regard critique.

Le «diéto-gourou» du moment ne prône rien de très original, y lit-on. En effet, dans les années septante, les spécialistes de l’obésité de l’Hôpital universitaire vaudois (CHUV), à la pointe des connaissances scientifiques de l’époque, prescrivaient déjà un régime similaire (PSMF, «Protein Sparing  Modified Fast»). Avec un tel régime, à court terme, les résultats sont très gratifiants. Les kilos tombent.

C’est par la suite que les choses se compliquent. Dès le retour à une alimentation plus équilibrée, le poids remonte. Deux à cinq ans plus tard, l’écrasante majorité des «diéteurs» est revenue au  poids de départ et souvent davantage. «Ceux qui n’évoquent pas les effets des régimes portent une lourde responsabilité. Si c’étaient des médicaments, compte tenu des taux d’échec et des effets secondaires, ils seraient immédiatement retirés du marché!», relèvent les coauteurs.

Après avoir dézingué la concurrence, place à leur nouvelle hypothèse. On ne contrôlerait pas le poids qui est le fruit du patrimoine génétique, de l’environnement, de l’histoire personnelle. «Notre nature nous place dans une fourchette de poids qu’on ne peut pas changer».

Par conséquent, le fondement de leur méthode est l'écoute de soi, le respect des sensations alimentaires et le travail sur les émotions. Tout le monde a un poids d'équilibre et ce poids n'est pas modifiable. L'objectif de leur thérapie est de parvenir à le trouver, pas d'afficher une perte de poids spectaculaire.

Cette approche multifactorielle, aux objectifs modestes, nécessite le recours à des thérapies comportementales de longue haleine. Ce nouveau courant nutritionniste porte un nom, c’est le «no dieting». Il y a changement de paradigme: avant il était question de grammes, de protéines et de glucides, maintenant on évoque la satiété, la faim, les émotions. Les premières expériences paraissent prometteuses, en particulier en ce qui concerne l’estime de soi.   

La conclusion de l’ouvrage est intitulée «Ca suffit les gourous». Apfeldorfer et Zermati échappent-ils à ce qualificatif? Sur les première et quatrième de couverture, des indices laissent planer le doute. Ainsi, un énorme «La vérité» et, en caractères rouges, un slogan cher à tant d’autres gourous, «Le livre indispensable pour maigrir et rester en bonne santé».

Mince! Nos auteurs, si sévères envers leur collègue, auraient-ils perdu leur sens critique en affirmant détenir la vérité et en s’estimant indispensables?

 


No dieting


Haut